Jusqu’à présent, la scoliose était considérée comme une déviation latérale de la colonne vertébrale dont la cause était inconnue dans la majorité des cas (80%), raison pour laquelle on la nommait « idiopathique ».

Les dernières études réalisées par le Dr. Coillard ont montré que la scoliose se produit quand un noyau épiphysaire latéral des vertèbres arrête sa croissance et provoque un déséquilibre dans la croissance de l’ensemble de la vertèbre, ce qui provoque une angulation des facettes articulaires et un collapsus dans le développement et la croissance verticale de la colonne. Selon le moment et l’endroit où cette altération a lieu, le temps de croissance qui manque, l’élasticité des tissus et la force musculaire, entre autres facteurs, on peut déterminer la gravité de la scoliose et la nécessité d’un traitement spécifique ou non. Le reste des scolioses (20%) ont une origine congénitale (défauts de formation durant la vie embryonnaire) ou appartiennent aux maladies neuromusculaires (paralysie cérébrale, poliomyélite, dystrophies musculaires, tumeurs, etc.). La scoliose pédiatrique touche les adolescents et est plus fréquente chez les filles. Une prédisposition familiale (génétique) a été observée, mais la scoliose n’est pas héréditaire.

 

Traitements de la scoliose

Le traitement de la scoliose idiopathique doit être individualisé pour chaque patient, car la gravité et la progression potentielle de la courbure dépend de plusieurs facteurs. Les trois grandes lignes du traitement sont les suivantes :

– Observation (réaliser des contrôles périodiques).
– Port d’un corset de correction.
– Chirurgie (cas ciblés).

Traditionnellement, la finalité thérapeutique est d’arrêter la progression de la déviation de la colonne, ou courbure scoliotique ; mais actuellement, le Système Dynamique SpineCor nous permet d’obtenir une amélioration de 5° minimum dans plus de 50% des patients.